Blog

Toute l'actualité Quick-Studio

Shure SM58 : 10 choses que vous ne saviez (peut-être) pas à son sujet

Ahhh, le SM58 ! Ce micro légendaire enchante nos scènes, nos enregistrements et nos répétitions depuis plus de 50 ans - 52, pour être précis - et il n’est pas prêt de prendre sa retraite. On vous propose de faire ensemble le tour de la bête à travers ces 10 anecdotes techniques et historiques glanées sur le site de Shure.

1. « SM » comme « Studio Microphone »

Au début des années 60, les micros Shure sont déjà une référence sur le marché de la diffusion publique. Sentant le vent tourner avec le développement de la radio et de la télévision, les dirigeants de l’entreprise décident de développer une nouvelle gamme de micros spécialement adaptés aux studios. Reprenant les principales caractéristiques du populaire Unidyne III 545, les nouveaux SM57 et SM58 se retrouvent toutefois dépourvus d’interrupteur et habillés en gris mat.

2. Le SM58 a frôlé l’extinction en 1970

Les SM57 et SM58 se vendaient si mal durant leurs premières années d’existence qu’il a été un moment question d’en arrêter purement et simplement la production. C’est en les présentant dans un dernier sursaut aux ingénieurs du son de Las Vegas qu’ils ont enfin vu leur popularité exploser, rapidement adoptés par les nombreux artistes de passage à Sin City.

3. Ajoutez une bonnette sphérique au SM57 et il devient un SM58

Basés sur le même design (le Unidyne III développé par Ernie Seeler à la fin des 50’s), les deux modèles se distinguent juste au niveau de leur grille : large et sphérique pour le 58, offrant ainsi un filtre anti-pop adapté à la voix, petite et carrée pour le 57 conçu essentiellement pour sonoriser des instruments.

4. Vous pouvez monter le volume jusqu’à 11. Peut-être même 12.

Les SM encaissent les coups, et vous aurez les oreilles qui saignent bien avant que le micro ne commence à saturer, à savoir autour de 150/180 dB soit le bruit d’une navette spatiale au décollage !

5. Il fonctionne aussi dans l’espace.

Dans une interview vidéo avec le New York Times en avril 2011, on aperçoit un SM58 se balader tranquillement en apesanteur, partagé par six spationautes de l’ISS. Ce fut l’occasion pour Shure de vérifier, avec succès, la réaction du micro à ces conditions exceptionnelles.

6. Le concepteur du SM58 n’aimait pas le rock n’roll.

Un comble pour un micro qui allait devenir un emblème du rock n’roll, accompagnant les débuts de groupes comme les Who ou les Rolling Stones. Ernie Seeler préférait la musique classique, et il l’assumait parfaitement lorsqu’on lui rappelait le succès de son micro auprès de la scène rock.

7. Le SM58 est quasiment indestructible.

Jeté d’un hélicoptère, plongé dans une pinte de Guinness, écrasé par un tour-bus, shooté au fusil à pompe ou encore grillé au BBQ : Shure Mike a infligé toutes sortes de sévices au pauvre SM58, qui s’en est pourtant tiré indemne à chaque fois. Vérifiez par vous-même, les vidéos sont ici.

8. La capsule du SM58 est toujours la plus demandée dans les systèmes HF

Shure propose 14 modèles de capsules différents, et c’est celle du SM58 qui reste à ce jour la plus populaire de toutes, y compris parmi les systèmes sans-fil.

9. Le design acoustique interne du SM58 remonte au modèle 55 de 1939

Tous les micros Shure cardioïdes unidirectionnels utilisent le même réseau acoustique Uniphase conçu à partir de 1937 par Ben Bauer. Ernie Seeler a ensuite adapté cette technologie sur un micro au format « canon » avec amortisseur de choc interne, le Unidyne III, dont le SM58 utilise toujours la cartouche.

10. Ce micro est devenu mythique grâce aux nombreux artistes qui l’ont utilisé

Le SM58 a été adopté par Roger Daltrey, Paul McCartney, Henry Rollins, Patti Smith, Alice Cooper, Buddy Guy, Megadeth et un nombre incalculable d’autres musiciens. A tel point qu’il serait très difficile de trouver un artiste qui n’ait pas au moins une fois dans sa vie tenu un SM58 en main, et vous ne faites probablement pas exception à la règle.