Blog

Toute l'actualité Quick-Studio

Petit manuel de survie à l’attention des futures rock-stars

Un jour, c’est certain, ce sera vous la star. En attendant, préparez-vous à cette nouvelle vie en adoptant les réflexes qui sauvent. Cet article de la BBC nous offre quelques anecdotes amusantes recueillies directement auprès des plus grands.

1. Pour vivre heureux, vivons cachés

Pas évident de se balader incognito dans New York quand on s’appelle David Bowie. Celui-ci avait pourtant trouvé un moyen très simple de brouiller les pistes, en se baladant toujours avec un journal grec à la main. Les curieux qu’il croisait dans le métro ne pouvant imaginer David Bowie lisant couramment le grec, ils se ravisaient généralement, pensant avoir devant eux le sosie athénien du grand Ziggy.

2. Dormir dans le métro pour économiser l’argent du concert

Bon là on va plutôt parler de conseil pré-célébrité, c’est en tout cas celui donné par Ed Sheeran qui raconte avoir beaucoup économisé d’argent entre deux gigs en dormant chez des amis ou carrément dans le métro, qu’il rejoignait à l’ouverture à 5 heures du matin et quittait vers midi, heure à laquelle il rejoignait ensuite le studio pour répéter et enregistrer. L’histoire ne dit pas si cette passion du métro le poursuit encore aujourd’hui.

3. Simuler l’aviophobie pour réduire le rythme des tournées

Robert Smith, épuisé par le rythme incessant des tournées à travers le monde, avait trouvé à la fin des années 80 un bon moyen de réduire la cadence en prétendant souffrir d’aviophobie (la phobie des voyages en avion). Durant 3 ans, il a exclusivement voyagé en train et en bateau, ce qui imposait de fait un laps de temps plus grand entre deux concerts. Ceci dit, ce temps n’était pas forcément synonyme de repos. Ainsi, son arrivée aux USA après un voyage de 5 jours sur un paquebot de luxe aux nombreuses réjouissances (47 bars et un casino) lui laisse plutôt le souvenir d’une « tournée avant la tournée ».

4. Exiger un bol de friandises pour garantir la sécurité du show

On a tous en tête ces incroyables caprices de stars, en particulier ce rider de Van Halen exigeant un bol de M&M’s dont on aurait pris soin de retirer tous ceux de couleur marron. Si l’on en croit leur chanteur David Lee Roth, il ne s’agissait nullement d’un caprice mais d’un moyen efficace de s’assurer que leurs exigences, en particulier en matière de sécurité, avaient été lues et respectées à la lettre. Si des M&M’s marrons se trouvaient dans le bol, le groupe n’avait plus qu’à opérer une vérification pointilleuse de tous les points du rider, avec généralement de mauvaises surprises à la clé.

5. Réduire son empreinte carbone en changeant ses habitudes

Une tournée, c’est avant tout une histoire de carburant et d’électricité. Pour le show, mais aussi pour les spectateurs qui font le déplacement. L’époque étant à l’économie d’énergie, vous devrez intégrer ces problématiques à votre stratégie de rock-star, en vous inspirant par exemple de Radiohead et de leur tournée Carbon Neutral de 2008. La méthode Thom Yorke : des salles de concert choisies en fonction des transports en commun les desservant, une incitation très forte au covoiturage, des équipements de scène loués localement, des camions roulant au biogaz, des éclairages 100% LED et une limitation maximum des trajets aériens.

6. Remplacer la limousine par les transports en commun pour aller à Wembley

De passage à Londres en 2009, Billy Gibbons de ZZ Top voulait absolument emprunter le métro de la ville pour se rendre à son propre concert au stade de Wembley. Pas de chance : ce jour-là le métro était en panne et il a dû emprunter un bus pour rejoindre une autre station, faisant le voyage incognito au milieu des fans qui se rendaient à son concert. Comme quoi plus c’est gros, plus ça passe (cf. l’exemple de Bowie).

7. Retenir le nom de la ville où vous jouez

Que ce soit Britney Spears et son « What’s up London ? » devant un public mancunien, ou les Guns N’Roses confondant Melbourne et Sydney, les exemples de bourdes scéniques ne manquent pas et sont généralement peu appréciées des spectateurs. Alors pour ne pas vous faire avoir, pensez à écrire le nom de la ville sur un maximum d’endroits (setlist, retours, pieds, mains etc…) et priez pour que le jetlag et la passion du moment ne vous jouent pas des tours.