Blog

Toute l'actualité Quick-Studio

Gérer les vibrations parasites de la caisse claire

Ami(e) batteur(se), on aborde aujourd’hui l’épineux sujet du timbre de caisse claire qui rend fou. Voici la synthèse en VF d’un article trouvé sur DrumAmbition.com, en espérant qu’il vous aidera à mieux comprendre le problème et à le gérer plus sereinement.

La batterie est un instrument qui réussit l’exploit de faire cohabiter harmonieusement des éléments aux sonorités extrêmement variées, en général une grosse caisse, des toms, des cymbales et une caisse claire. Sur cette dernière se trouve le timbre, à savoir quelques brins d’acier (généralement 20) plaqués sur la peau de résonance. Il donne à la caisse claire sa sonorité si particulière, mais il peut aussi passablement agacer le batteur, ses partenaires de jeu et/ou l’ingé-son quand il se met à buzzer sans raison apparente.

Tout d’abord, pour un son de caisse équilibré, votre timbre doit être raisonnablement tendu, bien collé à la peau mais sans l’étouffer. Faites l’essai d’un timbre mou : il vibrera trop longtemps, de façon assez désagréable. A l’inverse, tendez-le à fond et vous obtiendrez un son sec et sans relief. La vérité se trouve donc entre les deux, selon les préférences de chacun(e).

Vous avez réussi à trouver le réglage qui vous convient ? Félicitations, mais c’est maintenant que les problèmes commencent. Tout d’abord, vous n’êtes pas sans savoir que la caisse claire a pour voisins du dessus les toms, qui lorsqu’on les frappe génèrent une onde sonore qui se déplace logiquement vers le bas, là même où se trouve notre ami métallique. Il se met alors à chanter de sa petite voix nasillarde, alors qu’on ne lui avait pourtant rien demandé.

Cette vibration parasite est particulièrement agaçante lors des séances de travail en solo, le bruit du timbre n’étant pas couvert par le mur de son qui se crée lorsqu’on joue en groupe. Outre les toms, d’autres événements sonores peuvent déclencher la vibration du timbre, par exemple des notes de basse ou des voix reprises dans la sono... Encore une fois, la vibration s’entendra d’autant plus que le volume sonore général sera faible.

La vibration du timbre est un problème à un million de dollars. Pourquoi ? Car si vous trouviez la solution, elle pourrait bien vous rendre millionnaire. Mais avant de foncer enfiler votre blouse blanche et votre lampe frontale de savant fou, ayez bien conscience que vous devrez littéralement défier les lois de la physique.

Voici tout de même quelques solutions de bon sens pour vous aider dans cette quête. Pour commencer, utilisez la molette de réglage pour ajuster la tension du timbre, en veillant à ce qu’il ne soit ni trop tendu, ni trop relâché (cf. plus haut). Vérifiez aussi l’alignement du timbre : celui-ci doit être parfaitement centré sur la peau de résonance. Evitez de coller du gaffer sur le timbre, ça va juste tuer le son, et vous risquez d’avoir du mal à le retirer. Agir sur la peau de frappe n’aura aucun impact sur la vibration du timbre, donc concentrez-vous sur la tension de celui-ci et de la peau de résonance pour chercher le meilleur équilibre. Idem pour les toms : modifier leur accordage pourra faire une différence au niveau du timbre - mais attention à ne pas sacrifier votre son pour autant ! Pensez aussi à débrayer le timbre dans les situations qui l’exigent, typiquement sur une intro calme ou un duo – vous pouvez aussi utiliser vos doigts pour l’étouffer, ce qui vous évitera d’oublier de le remettre (un grand classique).

Vous persistez dans votre quête folle d’un son parfait ? Vous pouvez toujours essayer un autre timbre, il en existe de toutes sortes et ça pourrait bien à la fois améliorer votre son de caisse claire et régler votre problème de buzz. Explications ci-dessous.

Un dernier conseil avisé, et sans doute le plus important : le buzz de la caisse claire fait partie de l’ADN d’un set de batterie, et de nombreux musiciens, ingés-son et producteurs apprécient ce son. Vous êtes sceptique ? Ecoutez attentivement le début d’ I Want You Back des Jackson Five, vous entendrez le timbre vibrer pendant l’introduction de basse. Aujourd’hui on saurait facilement gommer cette petite imperfection, mais serait-ce vraiment une bonne idée ? Un autre exemple concret : sur certains de ses kits électroniques, Yamaha a ajouté aux toms un léger bruit de timbre, pour renforcer l’impression de réalisme.

Morale de l’histoire : essayez de domestiquer ce petit chenapan grésillant, et défendez-le contre tous ceux qui chercheront à lui mener la vie dure car il fait maintenant partie de la famille !


Pour aller plus loin :